Fleurie le Clos 2014 recommandé par l’Académie Internatiale de Majordome de Montréal (AIMM).

Lire l’article sur le site AIMM en français | en anglais

Cette gravure du XIXème siècle illustre un domaine situé en Bourgogne dans l’Appellation Fleurie, un des dix crus du Beaujolais. On distingue le mur, le clos abritant des vignes, dont les vins ont su se mériter une médaille d’argent en 1872 et en 1878. Ceci n’était pas une nouveauté pour autant, le potentiel du Clos du Château des Bachelards fut identifié par les moines de l’abbaye de Cluny dès l’an 1100…

Aux siècles passés, certaines parcelles se voyaient ceintes d’un mur pour les distinguer comme un emplacement de choix, un terroir d’élite au sein d’une appellation groupant différents producteurs. Pensons par exemple au Domaine de la Romanée-Conti. La Romanée-Conti couvre 1,8 hectares, une surface analogue au Clos des Bachelards.

Comparer les vins de L’appellation Fleurie et des vins de la Côte de Nuits (dont fait partie la Romanée-Conti) n’est pas si éloigné si l’on considère que, dans les années 1950, en feuilletant un catalogue du marchand de vins français Nicolas l’appellation Fleurie dans le Beaujolais recueillait l’appréciation des amateurs et se vendait au même prix que ceux de Gevrey-Chambertin.

Élaboré à 100% à partir du cépage Gamay, typique des crus du Beaujolais, contrastant avec le Pinot Noir de la Côte d’Or, Le Clos des Bachelards partage avantageusement le style et le qualificatif « d’élégance bourguignone » avec ses voisins situés plus au nord.

Le processus d’élaboration est également bourguignon. Aux Bachelards pas de macération carbonique ni de levures sélectionnées pour donner un goût de banane…

Le domaine est sous la supervision de l’oenologue Stéphane Derenoncourt et de son équipe (c’est dire si l’on ne fait pas les choses à moitié).

Le profil organoleptique du vin est caractérisé par une pureté de fruit, une sveltesse, des tanins fins, un touché de bouche soyeux et une belle allonge se terminant sur des arômes de fruits rouge (rappelant les cerises). Le vin est frais et son alcool modéré (12,5%).

Le Clos des Bachelards est cultivé en biodynamie. Le domaine n’a pas fait l’objet d’une conversion récente mais a toujours été cultivé de cette manière. En fait, avec ses 8 hectares, le Château des Bachelards est le plus grand domaine en bio de la région, la plupart des domaines du Beaujolais ne cultivant habituellement que quelques hectares en biodynamie.

Contraignante, la culture bio est toujours un peu problématique pour un producteur. Ce qui gêne surtout, c’est le coût de revient: entre quatre fois plus élevé (ce qui me fut communiqué aux Bachelards) et dix fois plus élevé comme le déclare Zind-Humbrecht, un  producteur alsacien réputé dans le film Les Maîtres du Vin Français (Amanda Pictures). Par contre, lorsque les prix des vins d’une appellation ne sont pas trop élevés au départ, le marché favorise les amateurs qui pourront acquérir de belles bouteilles sans trop souffrir sur le plan économique.

C’est le cas actuellement et, en 2017, les crus du Beaujolais présentent un rapport qualité-prix sensationnel.

À l’Académie de Majordome de Montréal nous pensons toujours au potentiel de garde des vins. Vu la qualité de ce terroir granitique (des Bachelards) produisant un vin apte au viellissement, quiconque recherchant de belles références pour enrichir son cellier devrait se procurer quelques  -voire plusieurs- magnums du Clos 2014.

Ce vin est polyvalent et peut agrémenter nombre de plats. Nous l’avons goûté, Alain Cloutier, Guy Doucet et moi sur une pièce de boeuf et nous avons fait un sort à la bouteille…

In Vino Veritas!

-Hautement recommandé-

En partant: le « Best Restaurant in the world »  Guy Savoy offre le Clos des Bachelards à ses clients.